dimanche 30 juillet 2017

Brunch littéraire à l'Hôtel Particulier # 16

Hello, j'espère que vos vacances se déroulent à merveille.
Aujourd'hui, un petit article gourmand à vous proposer autour d'un brunch que j'ai testé le mois dernier avec quelques amies. Nous avons en effet repris nos « brunchs littéraires » (concept : se réunir avec quelques amies aimant la littérature et en discuter autour d'un délicieux brunch dans un endroit chic de la capitale!!). L'idée étant de faire revivre les salons littéraires du siècle des Lumières mais au XXIème siècle. Nous nous sentons une âme de Madame de Sévigné ou encore de Juliette Récamier.

Cette fois-ci nous nous sommes décidées pour un livre du XIX ème siècle et un brunch dans le quartier Montmartre.
Le livre : Emma de Jane Austen
Le brunch : Restaurant Le Mandragore de l'Hôtel Particulier
Soyons sérieuses et commençons par vous décrire cette chère Emma !

Emma de Jane Austen

Résumé de l'histoire :
Emma Woodhouse est une jeune femme de 21 ans qui vit seule avec son père dans leur propriété de Hartfields. Sa sœur Isabelle, plus âgée, a épousé John Knightley, dont elle est très amoureuse ; ils ont 5 enfants et vivent à Londres. Autour de cette famille gravite Miss Taylor l’ancienne gouvernante d’Emma qui a épousé à l’instigation de cette dernière Mr Weston: Emma s'est justement trouvée dans l’organisation de ce mariage des dons de "marieuse" qu’elle compte bien réutiliser ! Harriet Smith est l'amie d’Emma qui veut la faire monter dans l’échelle sociale en lui trouvant un mari de rang plus élevé.
Emma est très consciente de son rang dans la société de l’époque, elle a tendance à se mêler de tout, privilégiant certaines personnes qu’elle juge plus dignes que les autres de son intérêt, mettant ainsi de côté arbitrairement une autre jeune femme qui aurait peu devenir son amie : Jane Fairfax.
Il y a également George, le frère de John Knightley, Franck Churchill, le fils de Mr Weston, dont l’arrivée est toujours annoncée comme imminent, un pasteur Mr Elton. Toute cette petite société évolue dans ce petit village de Highbury.
Mon avis :
Jane Austen nous dépeint très bien la vie de tous les jours, dans la campagne anglaise, où l'unique distraction est d’aller chez les uns ou les autres, dîner ou prendre le thé en parlant de la pluie et du beau temps, en prenant bien soin de donner son avis éclairé sur tout. Quand on ne se parle pas, on s’écrit, on se perd en tergiversation pour le moindre petit événement : un piano arrive chez Jane, qui a bien pu l’envoyer ? Dans quel but ? Que cela cache-t-il ? Les gens sont très curieux et se préoccupe trop de la vie des voisins. Il y a un côté « commérage » et « voyeurisme » très prononcés et que souhaite mettre en avant Jane Austen pour mieux le critiquer.
Bien installée dans son rôle de marieuse qui lui a si bien réussi avec Mme Weston, Emma décide de se remettre à l’ouvrage, en essayant de démontrer à son amie Harriet que le vicaire, Elton est amoureux d’elle, se mettant parfois dans des situations équivoques dont elle a du mal à se sortir. Certes, on aime son enthousiasme, la bienveillance dont elle fait preuve avec son père qui ronchonne tout le temps et n’est jamais content MAIS l'on voit bien que souvent elle s'égare! En fait elle n'a pas du tout de don de marieuse !
Elle est certes pleine de bonne volonté et intelligente dans sa façon de s’exprimer, ce qui donne des joutes verbales avec George Knightley assez agréables, car il n’hésite pas à lui exprimer clairement sa façon de penser. Seulement voilà, elle devient très vite irritante par son snobisme, son esprit de castes, son orgueil aussi qui la pousse à se montrer dure, ironique… 
Je pense que Jane Austen cherche à la rendre plutôt antipathique au lecteur, en tout cas, elle y parvient très bien, je n'ai pas du tout apprécié le personnage… On devine très vite dans cette société que chacun veut construire sa vie, si possible par un bon mariage, ce qui entraîne des quiproquos. Parfois on se demande ce qui est le plus important ? L’amour, la place sociale ? Jane Austen nous régale avec des personnages caricaturaux, parfois odieux, arrivistes, avides de cancans, tel le vicaire parfois franchement stupide parlant pour ne rien dire telle Melle Bates, tante de Jane Fairfax, ou immature comme Franck Churchill, alors que d’autres sont parés de presque toutes les qualités tel George Knightley.
C’est le troisième roman de Jane Austen que je lis. J’ai bien aimé « Raison et sentiments », de même qu'« Orgueil et préjugé ». En revanche, j’ai eu plus de mal à m’intéresser à celui-ci, car il y a des longueurs, et je n’ai jamais baigné dans l’aristocratie anglaise, donc leurs codes m’irritent un peu, de même que leurs vies étriquées, centrées sur eux-mêmes, (cela leur ferait du bien de travailler un peu quand même…), mais on peut concéder une chose à l'auteure: au moins, à cette époque, les gens se parlaient, ils échangeaient leurs opinions propres, non inspirées des journaux télévisés ou des réseaux sociaux comme à notre époque.
Les héros ont une certaine culture, ils lisent. Emma et Jane jouent du piano. Leurs discussions peuvent être intéressantes. Leur côté caricatural s’il heurte au début, les rend attachants et on a une belle description de la société de l’époque, mais aussi de la campagne anglaise, des paysages qu’on visualise sans peine, et comme toujours les thèmes chers à l’auteure sont présents : les sentiments, les émotions, la raison, les préjugés, tout y est très bien analysé.
En conclusion, nous avons convenu que ce pavé de 512 pages se lit bien si l'on souhaite connaître d'avantage la manière de vivre de l’aristocratie anglaise de cette époque mais il faut être accroché car les soupirs sont nombreux lorsque les discussions s'éternisent !
Le brunch de l'Hôtel Particulier

Afin de discuter tranquillement de notre lecture dans un lieu de choix nous nous sommes retrouvées au restaurant Le Mandragore au sein d'un magnifique hôtel particulier en plein cœur de Montmartre. Il s'agit d'un lieu que j'avais déjà eu l'occasion de tester lors d'un afterwork (y sont d'ailleurs servis de délicieux cocktails)
Le lieu semble perdu dans la verdure d’une impasse privée, cet hôtel particulier de style Directoire est d’abord un petit hôtel quatre étoiles bien caché. Le brunch du dimanche peut être servi dans le jardin arboré lorsque le temps le permet, sinon à l’intérieur, dans une ambiance très cosy et bourgeoise. Le jour où nous nous y sommes rendues le soleil était au rendez-vous, nous avons donc pu avoir la chance de profiter de l'extérieur.


Rien n'est laissé au hasard, même les carafes d'eau sont à l'honneur de cet hôtel.

La formule est classique : un brunch typique servi à table. Les assiettes sont contemporaines, dans un registre bistronomique simple et efficace.
Le brunch est à 38 euros et se compose des douceurs suivantes :
Pour commencer :
-Un Smoothie du jour ou Jus de fruits frais,
-Un café ou un thé "Mariage Frères" ou un chocolat chaud à l’ancienne,
-Une corbeille de croissant & de pain frais, accompagnée de confitures & de miel Alain Millat.
Pour ma part j'ai choisi le smoothie du jour « fraise, banane et gingembre » ainsi que le thé « Marco Polo » qui est un thé blanc fruité à base de pivoine blanche, de baie et de vanille.

Puis un plat principal au choix :
Œufs Bénédicte pain muffin, saumon ou bacon, roquette sauvage, copeaux de Kaskavali et sauce hollandaise. Accompagnement : coleslaw adouci au caramel d’orange, pommes de terre
ou
Burrata, huile d’olive basilic, pousses de tétragone, tomates cerise, pignons de pin torréfiés.
ou
Suprême de volaille, panure d’avoine et de sésame noir, sauce tartare. Accompagnement : coleslaw adouci au caramel d’orange, pommes de terre Charlotte rôties, crème ciboulette, salade verte.
Étant assez traditionnelle en matière de brunch j'ai choisi les œufs Bénédicte.

Et enfin de Douceurs : Salade de fruits & pancakes avec pâte à tartiner noisette maison.

Je ne vous cache pas que nous avons passé un délicieux moment au milieu de ce jardin dans le calme !
Après le brunch j'en ai profité pour vous prendre quelques photos de l'intérieur:





Le cadre est vraiment atypique et pendant quelques heures j'ai eu l'impression d'avoir quitté Paris et d'être à la campagne. Pourtant en sortant du restaurant nous avions bien Madame la Tour Eiffel qui nous attendait ! 

Je conseille fortement !
Réservation obligatoire.
---
HÔTEL PARTICULIER
Restaurant LE MANDRAGORE
23 avenue Junot

75018 PARIS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire